fbpx

Max And Lea

L'éducation positive

Le métier de parent n’est pas toujours de tout repos. La phrase “Avant j’avais des principes, maintenant j’ai des enfants” résume tout à fait cela. Se baser sur nos principes sans prendre en compte l’enfant tel qu’il est peut nous faire perdre le contact avec lui. Le métier de parent c’est s’adapter à l’enfant, à ses envies et à ses besoins. Les vérités absolues telles qu’ « on m’a toujours dit ça quand j’étais enfant » ou « de mon temps cela fonctionnait ainsi » n’existent pas avec un jeune enfant. Aussi, on connait tous des amis parents qui, sur les réseaux sociaux, vivent l’idylle dont vous rêviez avec leurs chérubins. Toujours souriants, toujours obéissants et ne criant jamais ! Nous vous rassurons tout de suite, cela n’existe pas dans la vraie vie. Oui les parents sont confrontés aux crises de l’enfant et parfois même à leurs propres crises. Ces dernières peuvent survenir après une mauvaise journée au travail, après un échange déplaisant avec le/la partenaire, ou après avoir répété 20 fois la même chose à la petite tête blonde sans aucun résultat. Et en parallèle de tout cela, on entend de plus en plus parler d’éducation positive. Serait-ce une éducation en opposition avec une éducation qui serait négative ? Nous allons donc répondre avec vous à ces questions.

     

L’éducation positive est également appelée parentalité bienveillante ou parentalité positive. Il s’agit d’une éducation basée sur l’écoute, la bienveillance, la confiance et le soutien. Autant d’éléments qui permettront au jeune enfant de se développer pour devenir un adulte épanoui, autonome et responsable.

 On retrouve l’origine de cette méthodologie éducative dans l’idéologie de la « communication non violente » de Marshall Rosenberg. En 1970, il définit cette idéologie comme le fait de communiquer avec l’autre sans agressivité ou jugement. En résumé, l’éducation positive vise à encourager l’enfant plutôt qu’à le punir afin de l’aider à être autonome et responsable.

Voici les 4 principes qui définissent l’éducation positive :

  • La discipline positive : 

    Elle se fonde sur l’étude de la psychologie de l’enfant et est axée sur la non-violence (ni physique, ni verbale). Elle a été développée et démocratisée par Jane Nelsen et Lynn Lott dans les années 70. C’est une discipline ferme et bienveillante dans laquelle on n’utilise pas le cri, la punition, la menace, le chantage ou la récompense.

  • La parentalité positive :

    Il s’agit d’un réel engagement de la part du parent de veiller au développement de l’enfant par la bienveillance. Il est important de lutter contre certains automatismes que nous avons face à certaines situations et apprendre à en développer de nouveaux. La parentalité positive nécessite un réel travail sur soi et permet de vivre dans un milieu familial apaisé.

  • L’éducation bienveillante :

    Par éducation bienveillante, on cherche à obtenir une relation égalitaire entre le parent et l’enfant où les besoins de chacun seraient respectés. C’est le juste milieu entre le laxisme et l’autoritarisme.

  • La communication non violente :

    C’est un outil puissant qui permet d’apaiser les relations parent-enfant. Pas de violence verbale ou physique afin que personne ne se sente agressé. On parle ainsi d’une communication bienveillante.

family, kids, mother with children

Les 5 conseils Max & Lea : 

 
Commencez par prendre soin de vous

Le métier de parent peut être éprouvant. Afin de pouvoir relativiser certaines situations et les affronter de la meilleure des manières, il est indispensable que vous soyez reposé. Pas facile direz-vous et c’est vrai. C’est pourquoi il faut dormir suffisamment et cela peut se réaliser grâce à des siestes même si c’est au détriment du ménage. Il faut également bien s’alimenter en n’oubliant jamais le petit déjeuner et en limitant le café si cela a tendance à vous énerver. Pensez également à vous oxygéner dans la mesure du possible, cela peut se limiter à la balade dans un parc avec les enfants si votre temps est compté ou encore mieux avec une activité sportive.

Éviter les négations

Utilisez des phrases positives : plutôt que de dire « ne crie pas », dites « joue calmement s’il te plait ». Cela peut paraitre anodin, mais la première phrase est une interdiction (sous entendant une punition possible) alors que la deuxième invite l’enfant à s’autoréguler, à avoir sa propre discipline. La seconde phrase dite positive aura naturellement tendance à être prononcée plus calmement que la première. Le « s’il te plait » à la fin fait toute la différence et pose les bases d’une relation égalitaire. Au début, on passe son temps à se corriger mais on voit très vite les effets positifs de ces phrases. Si vous demandez à votre enfant de colorier dans le cadre prévu à cet effet plutôt que de ne pas dépasser, il sera fier de vous montrer qu’il réussit et qu’il sait bien faire.

Montrer l’exemple

Le parent étant toujours le modèle de l’enfant qui cherche à lui ressembler par l’imitation, tachez de ne pas hausser la voix afin de ne pas valider auprès de l’enfant ce type de comportement. Une réaction inappropriée durant une situation stressante peut être mal interprétée par l’enfant. S’en excuser auprès de lui corrige cela et lui apprend à s’excuser par lui-même. Une nouvelle fois, cela demande un vrai travail sur soi mais vous ne le regretterez pas.

Jouer et rire ensemble

Les enfants apprennent par le jeu et le font toujours mieux en étant accompagné d’un adulte. Ces moments de partage aident à cimenter une relation positive. Et le rire a une influence positive sur notre cerveau. Rire ensemble permet de partager des moments de bonheur et donc d’apaiser des tensions. L’utilisation d’un médiateur telle qu’une peluche par exemple peut également simplifier une situation ou un apprentissage : « Monsieur Peluche a dit qu’il faut bien te laver les dents avant d’aller au lit ».

La lecture comme enseignement

Chez Max & Lea nous sommes convaincus que l’expérience des uns peut être bénéfique aux autres. Et si ces personnes expérimentées sont des spécialistes du sujet, c’est encore mieux. C’est pourquoi nous vous recommandons un peu de lecture :

« Cool Parents make happy kids » de Charlotte Ducharme

« J’ai tout essayé » de Isabelle Filliozat et Anouk Dubois

« La discipline positive » de Jane Nelsen

Ces œuvres sont des références en la matière et ont aidé bien des parents à comprendre certaines situations afin de pouvoir les corriger.

Sélectionnez votre devise
EUR Euro
Retour haut de page